dimanche 16 février 2020

L'aïeul et le petit-fils

Point de généalogie, aujourd'hui. Encore que…

J'ai trouvé cette jolie fable et j'ai pensé que vous qui cherchez vos racines, chérissez autant que moi le moindre signe de vos ancêtres, apprécieriez ce petit texte très court, signé des frères Grimm.

Il y avait une fois un homme vieux, vieux comme les pierres. Ses yeux voyaient à peine, ses oreilles n’entendaient guère, et ses genoux chancelaient. Un jour, à table, ne pouvant plus tenir sa cuiller, il répandit de la soupe sur la nappe, et même un peu sur sa barbe.
Son fils et sa bru en prirent du dégoût, et désormais le vieillard mangea seul, derrière le poêle, dans un petit plat de terre à peine rempli. Aussi regardait-il tristement du côté de la table, et des larmes roulaient sous ses paupières ; si bien qu’un autre jour, échappant à ses mains tremblantes, le plat se brisa sur le parquet.
Les jeunes gens le grondèrent, et le vieillard poussa un soupir ; alors ils lui donnèrent pour manger une écuelle de bois.
Or, un soir qu’ils soupaient à table, tandis que le bonhomme était dans son coin, ils virent leur fils, âgé de quatre ans, assembler par terre de petites planches.
— Que fais-tu là ? lui demandèrent-ils.
— Une petite écuelle, répondit le garçon, pour faire manger papa et maman quand je serai marié...
L’homme et la femme se regardèrent en silence. Des larmes leur vinrent aux yeux. Ils rappelèrent entre eux l’aïeul qui ne quitta plus la table de famille.

En vidéo, si vous préférez l'écoute à la lecture de ce conte :

dimanche 2 février 2020

Quand le curé se fait historien.

Il n'est pas rare, au détour de nos archives paroissiales, de découvrir des petites notes, voire des dessins, qui sortent de l'ordinaire des actes de baptême, mariages ou sépultures.

Parfois chroniqueur "faits divers", parfois météorologues, ou encore dessinateur, les curés avaient autant de ficelles à leurs arcs qu'une araignée a de fils à sa toile.

https://archives.ardeche.fr/ark:/39673/2e02afabfbf6feef025a522a236c64ca/daogrp/0/148
Plusieurs sites internet vous proposent de consulter ces "actes insolites". Je vous en livre quelques uns. Si vous en avez d'autres, je les ajouterai avec plaisir, n'hésitez pas à me les indiquer en commentaire.

Cette liste, vous pouviez déjà la trouver sur le généawiki, je n'ai rien fait de nouveau. En revanche, j'ai été surprise de trouver quelque chose de ce genre, sur le site des Archives Départementales de Seine-Maritime… plutôt bien caché. Et c'est la raison de cet article.

http://recherche.archivesdepartementales76.net/?id=viewer&doc=accounts%2Fmnesys_ad76%2Fdatas%2Fir%2Fserie_E_seigneuries_familles_notaires_etat_civil%2FFRAD076_IR_E_etat_civil%2Exml&page_ref=1129273&lot_num=1&img_num=1&index_in_visu=

En cherchant un acte à Dieppe, paroisse St Rémy, puis "Registres Paroissiaux", vous trouverez un lien intitulé "notes sur l'histoire de Dieppe".

Comme je suis plutôt sympathique, pour vous éviter de chercher, il vous suffira de cliquer ICI pour atteindre directement le document côté 3E 00999. 


Le curé qui a écrit ce document nous y relate :
  • une épidémie de peste à Dieppe, en 1630 
  • une autre peste, arrivée de Rouen, en 1668, qui fit entre 9 000 et 10 000 morts à Dieppe
  • la mort du Gouverneur de Dieppe en 1675
  • une nuit de neige "extraordinaire" en 1709 (9 pieds d'épaisseur soit environ 2,74 m)
  • une gratification de 80 Livres pour chaque "muid de bled"
  • des informations sur le travail des dieppois
  • l'origine et l'histoire de Dieppe, de sa création en 912 à 1649.
  • un précis sur l'hydrographie de la ville, avec des notes qui concernent jusqu'à l'année 1752.


Ce document est très intéressant pour quiconque s'intéresse à l'histoire de Dieppe. Malheureusement il n'est pas daté ou signé. Mis à part du registre qui le contenait, il sort de son contexte réel, ce que ne lui retire pas sa valeur, mais le rend totalement anonyme. Je trouve ça dommage. 



lundi 16 décembre 2019

#Challenge AZ 2019 - Bilan de ma participation

Voilà deux semaines que le Challenge AZ 2019 à pris fin, il est donc temps de faire un petit bilan. 


J'ai commencé à pensé au Challenge autour du mois de mai dernier, dans le même temps j'ai pensé à ce que j'allais faire comme blog, quel(s) sujet(s) aborder... j'ai ouvert une liste sur trello pour y mettre toutes mes idées, quand j'en avais. Et fin juillet j'avais déjà bien avancé. 

J'ai commencé à écrire mes articles autour du mois de septembre et j'ai terminé la rédaction des premiers jets mi-octobre. Pour finir, la plupart des articles étaient terminés avant le début du Challenge et ne necessitaient plus que de vagues corrections. 

Il y a quand même eu quelques exceptions. Notamment l'article sur Marie Rosalie EVRARD qui devait être était bien plus long, plus etoffé et plus riche d'informations. Comme je vous le disais en introduction de l'article, au dernier moment, j'ai tout effacé et j'ai raccourci. J'ai trouvé trop d'informations qui éclairent sa vie d'une autre manière, j'aurais eu l'impression de faire les choses de travers si j'avais publié ce qui avait été déjà rédigé. 

Et c'est là qu'intervient le point crucial de mon bilan : l'évolution. Au fur et à mesure que j'écrivais, relisais, corrigeais... je me suis rendue compte que je survolais bien plus que je ne le voulais, les différents aspects des vies de mes ancêtres. Et que j'avais parfois des réponses sous les yeux, alors que je gardais les questions depuis si longtemps. 

J'ai également expérimenté d'autres façons de faire, d'autres sites, pour illustrer au mieux mes articles. 

Enfin, j'ai remarqué qu'au niveau de mon écriture même, faire autant d'articles en peu de temps m'avait permis de modifier un peu ma façon de penser, réflechir et rédiger mes articles. 

Ce Challenge m'a aussi permis d'améliorer certains points d'organisation et là encore, tant mieux ! 

Rendez-vous l'an prochain pour le Challenge 2020, et en attendant, je vous retrouverais pour des articles divers et variés. 

photo credit: Leo Reynolds via photopin cc

Articles les plus consultés